Les tatouages colorés bientôt interdits

Depuis quelques semaines, la nouvelle remue le monde des tatoués. L’Etat voudrait interdire certaines encres, ou plutôt certaines substances qui les composent. Resteraient légaux certains noirs, bleus, verts et blancs.

Entre ceux qui s’offusquent à coup de « si on a plus le droit de faire ce qu’on veut, autant interdire l’alcool aussi ! » et les anti-tattoo qui y voient la confirmation d’une tendance dangereuse, pas facile de démêler le vrai du faux.

Etant une tatouée amoureuse de la couleur et avec plein de nouveaux projets en tête, je me suis intéressée à la question. Parce que c’est bien beau de hurler sur son profil Facebook que l’Etat nous interdit tout, mais c’est encore mieux de le hurler après s’être intéressé aux raisons de cette loi.

Encres tatouage

Tout est parti de cet arrêté du 6 mars 2013. Cette loi indique une liste de substances chimiques qui sera désormais interdite dans la composition de l’encre, en résumé :

Les substances CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques, càd pouvant entraîner une stérilité).
Certains amines (un dérivé de l’ammoniaque, une substance toxique naturellement éliminée dans l’urine, pour simplifier) ayant un potentiel cancérigène.
– Une très longue liste de produits chimiques déjà interdits dans la cosmétologie.
– Les substances reconnues comme étant sensibilisantes (les mêmes qui sont interdites dans les colorations capillaires).

Cette loi est destinée à être appliquée dès le 1er janvier 2014 en France et concerne 90% des encres ! Face à elle, les tatoueurs et le SNAT (Syndicat National des Artistes Tatoueurs) s’organisent. Le célèbre tatoueur Tin-Tin, à la tête du syndicat, a été entendu fin novembre à l’Assemblée Nationale pour interpeller le ministère de la santé.

La vidéo ci-dessous explique que la loi française va à l’encontre de la commission européenne, qui elle autorise les encres concernées dans la plupart des autres pays d’Europe. Les tatoueurs soulignent que la loi a un but « préventif » mais que les allergies aux produits colorants sont extrêmement rares, le plus souvent, les intolérances se développent à cause des crèmes cicatrisantes qu’on applique sur le tattoo ou à cause d’encres frauduleuses. En résumé, la loi semble extrême car la nocivité des encres n’a pas été démontrée.

Aujourd’hui, les tatoueurs espèrent un délai pour l’application de la loi, afin que les fournisseurs aient le temps d’adapter les produits. Dans l’attente, deux choix s’offriront à eux :
– N’utiliser que les encres noires, grises, blanc et certains verts et bleus
– Continuer à tatouer illégalement avec les autres encres

Si la loi passe, les Conventions du tatouage en France (dont je vous parlais ici) seront compromises, car les nombreux artistes étrangers ne verront plus l’intérêt de se déplacer en France. Le Mondial du Tatouage est d’ailleurs organisé par le tatoueur Tin-Tin, tous les ans en France. En espérant que l’édition de mars 2014 ne soit pas que noir et blanc…

Lagrima tatouage

Qu’en est-il de l’encre noire ?
L’encre noire et certaines autres couleurs ne sont pas concernées par cette loi. La couleur noire est obtenue avec des oxydes de fer, des oxydes de carbone et des pigments du bois de campêche (un arbre d’Amérique latine), qui ne sont pas considérés comme dangereux.

Pourquoi n’utilise-t-on pas d’autres colorants cosmétiques ?
Les colorants utilisés dans la cosmétique sont théoriquement autorisés pour le tatouage. Ils ne sont bien sûr pas intéressants pour un tattoo puisqu’ils sont conçus pour ne pas être définitifs. Les substances utilisées dans les rouges à lèvres, les fards à paupières ou les crèmes sont « digérées » par le corps et ne conviennent pas à un tatouage définitif.
« L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament interdit 59 colorants sur 153 et prétend donc qu’il reste 94 colorants qui ne sont pas interdits : Comme nous l’avions pourtant déjà expliqué à la Direction Générale de la Santé, et comme nous n’avons répété à M. Olivier Véran, ces colorants, présents dans les rouge à lèvres et autres cosmétiques, n’apparaissent pas dans nos encres de tatouage car ils sont impropres au tatouage ! » SNAT.

Affaire à suivre…

Laisser un commentaire